Cahier – numéro 006 – octobre 1981

3.50 $

La Société d’histoire fête son 10e anniversaire de fondation

Les Cahiers d’histoire désirent marquer cet événement en ouvrant des fenêtres sur le passé par la présentation d’un album de photographies anciennes. Notre démarche répond à une demande constante du public pour une diffusion plus vivante de son histoire. Ce cahier souvenir permettra un contact visuel intéressant avec ces archives iconographiques.

Nous avons visité les maisons et les greniers. Nous avons feuilleté les albums de familles pour offrir un choix de photographies qui soit un enseignement sûr de la vie d’autrefois. Là où le croquis ou les mots peuvent mentir, la photographie exprime toujours la vérité. Et si le photographe est habillé, le cliché vaudra plus que mille mots.

Vers 1840, la daguerréotype est venue d’Europe alors que les « artiste itinérants », pour la somme exorbitante de cinq dollars, offrent l’immortalité sur image. Quinze en plus tard, la photographie véritable, ou instantanée, permet de fixer le moment le plus expressif d’un personnage et de livrer une image « dont la ressemblance avec le sujet est parfaite ». La technique du « collodion » élimine les longues poses devant la chambre noire appelée « caméra ».

À partir de 1879, on emploie la gélatine qui permet de capter des scènes en plein soleil au vingt-cinquième de seconde. C’est le départ d’un procédé plus simple à utiliser. En 1888, on abandonne les plaques de verre pour le négatif en celluloïd que l’on connait.

Le photographe ambulant de la fin de siècle est un personnage mystérieux qui fixe une tranche de vie sur une pellicule avec autant de réalisme que le fait un miroir. Avec le temps quelques initiés se mettant à pratiquer cet art compliqué. Nous devons à William Notman et Edgar Gariépy de Montréal ainsi qu’à Louis-Philippe Martin de Saint-Hilaire des documents photographiques précieux pour la connaissance du patrimoine historique. Des collectionneurs ont eu l’heureuse pensée de les conserver pour la postérité.

Certaines scènes sont d’un passé à peine révolu que plusieurs d’entre nous ont vécu; elles nous serviront à retrouver nos sources et inspireront les générations à venir. De nombreux témoins de notre passé n’existent plus, mais la photographie en a heureusement fixé le souvenir. Cet album demeure aujourd’hui pour servir de lien entre le passé et l’avenir.

Armand Cardinal

Rupture de stock

Catégorie :