Cahier – numéro 022 – février 1987

4.50 $

Le décor mural de Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville, par Cécile Belley-Aubin

L’auteur détient un baccalauréat en arts plastiques de l’Université du Québec à Chicoutimi et prépare une maîtrise en histoire de l’art canadien à l’Université Concordia, sous la direction de Laurier Lacroix. Son mémoire porte sur le décor en trompe-l’œil de François Meloche : c’est ce qui l’a amenée à l’église de Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville. Elle est membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hiaire et enseigne les arts plastiques à la Commission scolaire régionale Lapointe depuis onze ans.

150e Anniversaire des événements de 1837

Introduction
Ça se passait en 1837
Ont donné leur vie pour la LIBERTÉ

Extrait de Félix Leclerc « 1837-1838 – Dates et événements » dans Ægedius Fauteux, Patriotes de 1837-1838, Montréal, Les Cahiers des Dix, 1950 — Reproduit dans Jean-Paul Bernard, Les Rébellions de 1837, Boréal Express, 1983, p. 92-135.

Les détails concernant les patriotes tués à Saint-Charles sont tirés de Patriotes de 1837-1838 et des Registres des paroisses de Saint-Matthieu de Belœil et de Saint-Marc. Simon Hamel a fourni ceux qui ont trait aux victimes de Saint-Jean-Baptiste.

Saint-Hilaire et l’insurrection de 1837, par Armand Cardinal

L’auteur, président-fondateur de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, a déjà publié deux livres : Les Seigneurs de Rouville (1980) et Les Fondateurs de Saint-Hilaire (1983), outre ses nombreux articles dans nos Cahiers. Il puisse ici dans sa documentation pour évoquer le climat qui a pu exister à Saint-Hilaire lors des événements de 1837.

Le mystère de l’origine du nom BELŒIL est-il enfin éclairci ?, par Pierre Lambert

Ancien président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, l’auteur collabore régulièrement au Cahiers et s’intéresse depuis plusieurs années à la question de l’origine du toponyme Belœil. Il nous présente ici les résultats de ses dernières recherches.

33 en stock

Catégorie :