Cahier – numéro 049 – février 1996

5.00 $

L’histoire de Saint-Hilaire, on l’entend, on la voit, par Ozias Leduc

Peintre symboliste et religieux, poète et amateur d’histoire, Ozias Leduc est né à Saint-Hilaire en 1864. Membre de « l’intelligentsia » de son époque, il décrit fidèlement la réalité de Saint-Hilaire à l’orée du XXe siècle par ses portraits, natures mortes et paysages. Il est mort à l’âge vénérable de 91 ans. (Texte reproduit de la revue Arts et Pensée, août 1954.)

Portrait d’Ozias Leduc, par Fernande Choquette-Clerk

Écrivain, fille du Dr. Ernest Choquette de Saint-Hilaire et nièce de Mgr. Charles-Philippe Choquette de Saint-Hyacinthe, mécènes du peintre Leduc dès le début de sa carrière, Fernande Choquette remémore ici le plaisir qu’elle prenait à visiter l’artiste dans son atelier et nous révèle l’homme qu’était Ozias Leduc. (Texte reproduit du Clairon Mascoutin, 15 juin 1956.)

Quelques pensées sur l’œuvres d’amours et de rêve de M. Ozias Leduc, par Paul-Émile Borduas

Peintre et polémiste né à Saint-Hilaire, Paul-Émil Borduas fut l’élève d’Ozias Leduc et le disciple d’André Breton, chef de file d’un mouvement de libération esthétique et sociale avec la publication de son manifeste-choc Le Refus global en 1948. Borduas fut le précurseur de la « révolution tranquille ». (Texte reproduit de la revue Canadian Art, été 1953.)

Ozias Leduc, l’homme public, par Michel Clerk

Vingt ans président de la Société d’histoire de Beloeil–Mont-Saint-Hilaire, fils de Fernande Choquette et ami d’Ozias Leduc depuis 1934, Michel Clerk relate ici comment Leduc servit ses concitoyens de Saint-Hilaire pendant 17 ans à titre de président de la Commission scolaire puis comme conseiller municipal.

Leduc tel que je l’ai connu, par Louis-Joseph Barcelo

Avocat, esthète, collectionneur d’art moderne, Jos Barcelo livre un souvenir vivant du peintre Ozias Leduc qu’il a fréquenté dans son atelier à Saint-Hilaire. (Texte reproduit de la revue Arts et Pensée, août 1954.)

Rupture de stock

Catégorie :