Cahier – numéro 073 – février 2004

6.00 $

Le centenaire de Belœil

Belœil fête le centenaire de son incorporation en municipalité de village. C’est en effet le 9 décembre 1903 que l’assistant procureur général de la province « constituait, érigeait et déclarait » la municipalité du village de Belœil, érection officialisée dans la Gazette officielle de Québec du 19 décembre. Le nouveau territoire longeait le Richelieu sur une profondeur d’environ 600 m (à la hauteur de l’actuel boulevard Cartier), depuis la Montée des Trente (maintenant Bernard-Pilon) jusqu’aux environs de ce qui est maintenant la rue Noiseux.

Résumer les derniers cent ans d’histoire est impossible. Rappelons simplement qu’en 1904 était formée la Compagnie d’aqueduc et d’éclairage de Belœil et qu’en 1914 la corporation du village obtenait son statut de ville et commençait à distribuer de l’électricité à 900 clients. C’était alors la première Guerre mondiale et plusieurs travailleurs étrangers s’établissaient à Belœil pour travailler à la poudrière construite en 1878. Ils voyageaient par la voie ferrée mise en place à la fin de 1848. La croissance de l’usine et le trafic des voyageurs et des marchandises par le train entraînèrent la création de Belœil Station, le quartier de la gare de Belœil.

En 1936 débutèrent les travaux de la route Montréal-Québec (route 9) qu’on nomma officiellement Sir-Wilfrid-Laurier en 1950. La construction du pont routier en 1940-1941 entraîna la fin du service de deux des trois bacs qui reliaient jusque là Belœil à Saint-Hilaire. La fondation de la paroisse Sainte-Maria-Goretti remonte à 1952 et c’est en 1956 que le Club nautique Belœil–Saint-Hilaire reprit ses activités. Le centenaire de la confédération, en 1967, amena la construction du Centre culturel et de l’aréna. Ces années étaient marquées par une croissance considérable de Belœil facilitée par la construction de l’autoroute transcanadienne (1964). L’afflux de population explique l’ouverture des Galeries Montenach en 1959 et la construction du Mail Montenach en 1975.
Que ce soit dans les domaines politique, économique, social, culturel ou sportif, Belœil a vécu un essor remarquable au cours des dernières cent années et cet album illustre à sa façon les transformations de la municipalité.

La Société d’histoire remercie Gino Ongaro, archiviste de la Ville de Belœil, dont la collaboration a rendu possible la réalisation de ce Cahier. Merci également à Anne-Marie Charuest pour l’identification des figurants de la Collection Simon-Beauregard et à J.-Roger Cloutier.

98 en stock

Catégorie :