Les Cahiers d'histoire

Depuis 1980, la Société produit trois cahiers annuellement dont les textes sont d’intérêt local et régional (vallée du Richelieu). Ils traitent des personnalités, des lieux patrimoniaux, des événements et des activités d’époque ainsi que de sujets connexes. Les membres en règle reçoivent les cahiers gratuitement et les non-membres peuvent se procurer les numéros de leur choix. Vous pouvez faire une recherche par mot-clé dans votre fureteur afin d’identifier les cahiers qui contiennent des textes sur le sujet qui vous intéresse.

Si vous êtes un auteur et que vous aimeriez soumettre un article pour publication dans l’un de nos cahiers, veuillez prendre connaissance des Instructions aux auteurs et nous acheminer deux copies papier de votre manuscrit ainsi qu’une copie électronique. Votre manuscrit sera évalué par le comité de rédaction qui aura l’option de l’accepter, le rejeter ou proposer des modifications.

Mise en garde

Ne pas télécharger le cahier afin de respecter les droits d’auteurs.

Numéro 099 – octobre 2012

LaLaurentie24

Michel Clerk, artisan de la première heure, par Gisèle Guertin

Dans ce 99e numéro des Cahiers d’histoire, Gisèle Guertin nous présente Michel Clerk, personnalité éminemment présente dans sa communauté, membre émérite et pilier infatigable de la Société d’histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire.

Joseph Duhamel, forgeron, au Ruisseau de Beloeil, par Jean-Marc Phaneuf

L’auteur a publié en carrière neuf livres, à caractère historique. La moitié de ces œuvres sont des récits destinés à intéresser les jeunes à l’histoire. L’autre moitié est consacrée à la recherche patrimoniale et historique.
Correlieu, l’atelier-maison du peintre Ozias-Leduc par Pierre Lambert
L’auteur a occupé plusieurs postes à la Société d’histoire de Beloeil-Mont- Saint-Hilaire. Il est actuellement directeur des Cahiers d’histoire qu’il a fondés en 1980. Il présente un court extrait d’une recherche soumise au concours d’histoire Percy-W.-Foy 2010 de la Société d’histoire de la vallée du Richelieu sous le titre Les maisons Ozias-Leduc.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 098 – juin 2012

LaLaurentie24

Mont-Saint-Hilaire, 1912-2012

Circuit patrimonial de Mont-Saint-Hilaire, par Alain Côté, Gisèle Guertin, Nadya Healey.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 097 – février 2012

LaLaurentie24

La maison des Duhamel, Saint-Mathieu-de-Beloeil, de 1785 à nos jours, par Jean-Marc Phaneuf

L’auteur est illustrateur et écrivain. En carrière, il a publié une quinzaine de livres, dont neuf ont trait à l’histoire. Parmi ceux-ci, citons le roman historique Mathias une histoire vraie, repris en CD audio et traduit en anglais, ainsi que la trilogie Jean du pays, chez Trécarré, exporté en Europe et lauréat du prix Percy-W.-Foy de la Société historique de Montréal, en 2009.

Les activités sportives autrefois à Beloeil-Mont-Saint-Hilaire, par Pierre Lambert

L’auteur a occupé plusieurs postes à la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire. Il est actuellement directeur des Cahiers d’histoire qu’il a fondés en 1980. Il présente ici un extrait d’une recherche soumise au concours d’histoire Percy-W.-Foy 2008 de la Société d’histoire de la vallée du Richelieu sous le titre Sports et loisirs d’été de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire autrefois.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 096 – octobre 2011

LaLaurentie24

Le bureau de poste de Saint-Hilaire Station, Lorette Cardinal : 1939-1974, par Gisèle Guertin

Collaboratrice au bulletin Le Passeur et responsable des communications, Gisèle Guertin présente la version brève d’une recherche soumise au concours Percy-W.-Foy 2010 : Le bureau de poste de Saint-Hilaire Station, 1939-1974. Elle relate l’histoire de cet édifice et le rôle joué par celle qui en fut titulaire pendant 35 ans : Lorette Cardinal Bourbonnière.

Des patriotes oubliés : Le clan Raynaud-Blanchard, par Réal Houde

Réal Houde habite Saint-Bruno-de-Montarville et exerce le métier d’animateur dans une école secondaire depuis 21 ans. Généalogiste et conférencier, il a publié un essai généalogique à l’automne et, depuis 2006, des articles dans quelques revues dont le Cahier d’histoire de notre société. Consultez le site de Réal Houde pour plus d’informations sur cet auteur.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 095 – juin 2011

LaLaurentie24

Arthur Dupré, Monsieur Beloeil, par J.-Roger Cloutier

L’auteur est vice-président de la Société d’histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire, ingénieur de formation, généalogiste et compilateur du Dictionnaire historique concernant Beloeil, McMasterville, Saint-Mathieu-de-Beloeil, Mont-Saint-Hilaire et Otterburn Park.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 094 – février 2011

LaLaurentie24

La maison des Choquette, Saint-Mathieu-de-Beloeil, par Pierre Gadbois

L’auteur est un ancien président de la Société d’histoire et s’intéresse au patrimoine bâti. Il nous livre ici le résultat d’une partie de ses recherches sur le patrimoine bâti de Saint-Mathieu-de-Beloeil.

Edmont Ivart, un immigrant français passeur sur le Richelieu, par Roger J. Cloutier

L’auteur est vice-président de la Société d’histoire, ingénieur de formation, généalogiste et compilateur du Dictionnaire historique concernant Beloeil, McMasterville, Saint-Mathieu-de-Beloeil, Mont-Saint-Hilaire et Otterburn Park.

La musique autrefois à Saint-Hilaire (deuxième partie), par Pierre Lambert

L’auteur est un ancien président et fondateur des Cahiers d’histoire de la Société d’histoire. Il présente, considérablement modifiée, une recherche présentée à la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu dans le cadre du concours Percy-W.-Foy 2008 sous le titre Sports et loisirs d’été à Beloeil – Mont-Saint-Hilaire autrefois. Il termine ici un article commencé en juin 2010 dans le cahier 92.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 093 – octobre 2010

LaLaurentie24

McMasterville d’hier à aujourd’hui et le Parc commémoratif, par Pierre Lambert, Gisèle Guertin et Roger Cloutier

Ce cahier montre l’évolution de la municipalité dans divers domaines, de sa création à nos jours. Ceci inclut l’origine et l’évolution de la C.I.L. (Canadian Industries Limited) représenté par six panneaux exposés dans le Parc commémoratif.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 092 – juin 2010

LaLaurentie24

Cercle d’étude de Mont-Saint-Hilaire, par Gisèle Guertin

Membre de la SHBMSH, Gisèle Guertin nous fait connaître le Cercle d’Étude, un groupe qui a ses assises à Mont-Saint-Hilaire depuis 1961.

La musique autrefois à Mont-Saint-Hilaire (première partie), par Pierre Lambert

L’auteur est ancien président et fondateur des Cahiers d’histoire de la SHBMSH. Il présente une recherche, considérablement modifiée, qu’il avait présentée dans le cadre du concours Percy-W.-Foy 2008 sous le titre Sports et loisirs d’été de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire autrefois. Il examine ici les manifestations musicales à Saint-Hilaire au cours des années 1740-1940 environ.

La maison Renaud Saint-Mathieu-de-Beloeil, par Pierre Gadbois

L’auteur est vice-président de la SHBMSH et chercheur en patrimoine bâti. Suite à une étude exhaustive entreprise sur le patrimoine bâti de Saint-Mathieu-de-Beloeil, il livre ici l’histoire d’une des plus anciennes maisons de cette municipalité.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 091 – février 2010

LaLaurentie24

Les cahiers d’histoire ont trente ans !, par Alain Côté

L’arrivée des familles Noiseux et Auclair dans notre région, par Réal Houde

Réal Houde habite Saint-Bruno-de-Montarville et exerce le métier d’animateur dans une école secondaire depuis près de 20 ans. Il est diplômé des universités de Montréal et de Sherbrooke. Il a publié un essai généalogique à l’automne 2008 et des articles dans les Mémoires de la Société généalogique canadienne-française à quelques reprises. Il est auteur-compositeur-interprète dans ses temps libres, en processus de création d’une œuvre musicale.

Qui êtes-vous Alice Blondin ?, par Pierre Gadbois

Vice-président de la Société d’histoire, l’auteur est un habitué des Cahiers. Il présente ici les résultats d’une recherche effectuée afin de découvrir l’identité d’Alice Blondin qui avait travaillé au manoir Rouville-Campbell de 1911 à 1930.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 090 – octobre 2009

LaLaurentie24

Les céramistes Watson & Meunier, par Jean-François Marin

Originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, l’auteur est enseignant au primaire et membre de l’exécutif de l’Association des collectionneurs de céramique du Québec (ACCQ) pour laquelle il collabore à la revue Céramag. Passionné par l’histoire céramifère québécoise, il est un des premiers à avoir mené une recherche sur l’histoire de l’entreprise Les Céramistes Watson & Meunier.

Ce texte est publié simultanément dans Céramag, revue de l’Association des collectionneurs de céramique du Québec, ainsi que dans le Cahier d’histoire de la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire.

Histoire littéraire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire, par Pierre Lambert

Ancien président et bibliothécaire de la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire, l’auteur a publié plusieurs ouvrages et articles sur l’histoire de nos municipalités dont Le mont Saint-Hilaire et Contes et légendes du mont Saint-Hilaire, en 2007. Il présente ici la deuxième partie d’un texte débuté dans le numéro précédent des Cahiers.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 088 – février 2009

LaLaurentie24

Alice Blondin raconte… Vingt ans de service au manoir Rouville-Campbell

Propos recueillis par le peintre Gilles Poisson

Les propos relatés dans ce Cahier ont été recueillis auprès de Mlle Alice Blondin par le regretté Gilles Poisson, artiste peintre bien connu dans notre région. «L’art au bout du crayon» étant sa devise, elle s’applique tout autant à sa façon d’écrire qu’à celle de peindre les paysages tout en nuances que nous lui connaissons.

Itinéraire d’un texte et portrait de l’artiste, par Gisèle Guertin

Membre de la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire, Gisèle Guertin révise les textes présentés dans Le Passeur et contribue au postage mensuel de ce bulletin de liaison. Les faits humains la passionnent au plus haut point. Ainsi, sa collaboration à ce Cahier lui a permis une communion d’esprit avec un peintre possédé par son art et une dame qui, en fin de vie, offre le témoignage lucide et généreux de ce que fut sa vie de domestique au manoir Rouville-Campbell.

Ma rencontre avec Gilles Poisson, par Marcel Gagnon

Membre de l’Institut des arts figuratifs (IAF) et du Conseil montérégien de la culture et des communications (CMCC), Marcel Gagnon a été proclamé parmi les meilleurs pastellistes au monde par le magazine Pastel Artist International en juin 2000. Récompense méritée pour cet artiste riche d’une démarche d’une quarantaine d’années dans le domaine des arts visuels. Sa grande contribution à faire connaître le pastel dans sa région d’adoption, la Montérégie, est aussi à noter.

Il livre ici une apologie de sa rencontre avec Gilles Poisson et une ode à l’amitié qui s’en est suivie. Cela leur a permis de travailler en collaboration en 1990, à mettre sur pied l’exposition marquante D’hier à aujourd’hui, à la galerie Vanier de Beloeil.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 087 – octobre 2008

LaLaurentie24

La maison Chagnon-Robert (Deuxième partie), par Aline Beauchemin et Susanne Bessette-Lafond

Aline Beauchemin est infographiste et membre de la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire et des Amies de la généalogie. La maison Chagnon-Robert a longtemps été propriété de la famille de sa grand-mère, Rhéa Robert, ce n’est donc pas surprenant qu’elle ait tenu à retracer toute son histoire. Suzanne Bessette-Lafond est membre de la la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire et de Patrimoine hilairemontais. Native de Saint-Hilaire, elle s’est intéressée à cette maison qui a vu son environnement se modifier avec l’arrivée de la route Transcanadienne.

Les voituriers Ledoux et leur établissement au village de Beloeil (Deuxième partie), par Pierre Gadbois

L’auteur est un ancien président de la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire et chercheur en patrimoine bâti. Il présente ici la première partie d’un texte intitulé La famille Ledoux et son établissement au Village de Beloeil, primé au concours Percy-W.-Foy 2007 de la Société d’histoire de la vallée du Richelieu.

 

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 086 – juin 2008

LaLaurentie24

Les voituriers Ledoux et leur établissement au village de Beloeil (Première partie), par Pierre Gadbois

L’auteur est un ancien président de la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire et chercheur en patrimoine bâti. Il présente ici la première partie d’un texte intitulé La famille Ledoux et son établissement au Village de Beloeil, primé au concours Percy-W.-Foy 2007 de la Société d’histoire de la vallée du Richelieu.

La maison Chagnon-Robert (Première partie), par Aline Beauchemin et Susanne Bessette-Lafond

Aline Beauchemin est infographiste et membre de la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire et des Amies de la généalogie. La maison Chagnon-Robert a longtemps été propriété de la famille de sa grand-mère, Rhéa Robert, ce n’est donc pas surprenant qu’elle ait tenu à retracer toute son histoire. Suzanne Bessette-Lafond est membre de la la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire et de Patrimoine hilairemontais. Native de Saint-Hilaire, elle s’est intéressée à cette maison qui a vu son environnement se modifier avec l’arrivée de la route Transcanadienne.

Elles présentent ici la première partie d’un texte intitulé La maison Chagnon-Robert, primé au concours Percy-W.-Foy 2007 de la Société d’histoire de la vallée du Richelieu.

Deux organismes sportifs à Saint-Hilaire au cours des années 1920-1930, par Pierre Lambert

L’auteur est ancien président de la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire. Il a publié plusieurs ouvrages sur Beloeil et Mont-Saint-Hilaire notamment Le mont Saint-Hilaire (2007) et Contes et légendes du mont Saint-Hilaire (2007). Il effectue actuellement des recherches sur les activités sportives autrefois à Beloeil – Saint-Hilaire.

 

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 085 – février 2008

LaLaurentie24

Les charivaris dans la vallée du Richelieu durant les évènements de 1837-1838, par Jean-Mathieu Nichols

Secrétaire de la Société d’histoire de Belœil – Mont-Saint-Hilaire et rédacteur en chef du bulletin Le Passeur, Jean-Mathieu Nichols est titulaire d’une maîtrise en histoire. Il nous présente ici un travail réalisé pour le compte d’un groupe de recherche sur les Rébellions dirigé par Gilles Laporte qui a donné lieu à la publication Patriotes et Loyaux. Leadership régional et mobilisation politique en 1837 et 1838.

Le fonds Lise Dubois-Perreault, par Pierre Gadbois

L’auteur est un ancien président de la Société d’histoire de Belœil – Mont-Saint-Hilaire. Il a procédé à l’inventaire et à la numérisation des documents du fonds Lise-Dubois-Perreault. Il nous présente ici le fruit de ses recherches sur la portée et les origines de ce fonds

La maison Alexandre-Rayneau, par Pierre Gadbois

L’auteur est un ancien président de la Société d’histoire de Belœil – Mont-Saint-Hilaire et chercheur en patrimoine bâti. Ses recherches sur le Village de Belœil lui permettent d’apporter un nouvel éclairage à un bâtiment ancien du Vieux-Belœil.

150 ans d’histoire à Otterburn Park, par Alain Côté

L’auteur est président sortant de la Société d’histoire de Beloeil – Mont-Saint-Hilaire. Il présente ici une série de trois textes publiés dans l’Info Otterburn Park en 2005 pour le 150e anniversaire de la Ville.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 083-084 – juin-octobre 2007

LaLaurentie24

Jordi Bonet, l’homme et l’artiste, par Gisèle Guertin

Résidente de Mont-Saint-Hilaire, l’auteure est membre et bénévole de la Société d’histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Le texte qu’elle présente ici, le sera également, dans une version abrégée, lors de la publication d’un ouvrage sur le manoir Rouville-Campbell prévue pour l’année 2008.

Le brigadier Andrew Hamilton Gault et le mont St-Hilaire, par Pierre Lambert

Ancien président de la Société d’histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire, l’auteur a écrit plusieurs articles et ouvrages sur l’histoire de notre région. il nous présente ici un extrait d’un livre paru è l’automne 2007 et intitulé Le Mont Saint-Hilaire.

Le patrimoine funéraire de Beloeil, par Jean-Mathieu Nichols et Stéphane Tremblay

Secrétaire de la Société d’histoire de Belœil – Mont-Saint-Hilaire et rédacteur en chef du bulletin Le Passeur, Jean-Mathieu Nichols est titulaire d’une maîtrise en histoire. Il s’est ici associé à Stéphane Tremblay, artiste en arts visuels et historien. Les auteurs nous présentent le fruit de leur collaboration, deuxième étape d’un répertoire sur le patrimoine funéraire de la région du mont St-Hilaire.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 082 – février 2007

LaLaurentie24

Paysage architectural de Belœil, par Pierre Gadbois

L’auteur est directeur de la Société d’histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire et a déjà présenté dans nos Cahiers plusieurs études sur le patrimoine bâti de Belœil. Il nous livre ici un résumé de quelques-uns des textes contenus dans un ouvrage qui a mérité le deuxième prix au concours Percy-W.-Foy 2002 de la Société d’histoire de la vallée du Richelieu et dont certains ont fait l’objet d’une publication dans l’Œil régional au cours de l’année 2003.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 081 – octobre 2006

LaLaurentie24

Les vergers de Saint-Hilaire, par Pierre Lambert

L’auteur est ancien président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et en dirige actuellement la bibliothèque. Il présente ici un chapitre d’un futur ouvrage sur le mont Saint-Hilaire à paraître bientôt, étude qui a mérité le premier prix au Concours Percy-W.-Foy 2005 de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 080 – juin 2006

LaLaurentie24

Le développement de la municipalité de Saint-Mathieu-de-Belœil, par Benoit Béland

L’auteur est vice président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et vient de terminer une maîtrise en histoire. Il nous présente ici une résumé des recherches qu’il a réalisées en 2005 dans le cadre du 150e de Saint-Mathieu-de-Belœil.

Belœil au XXe siècle : Du village rural à la banlieue montréalaise, par Pierre Lambert

L’auteur est ancien président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et il a publié plusieurs travaux sur Belœil. Il présente ici une introduction générale à l’histoire récente de Belœil, préparée à l’occasion des fêtes organisées par la Ville de Belœil pour célébrer le centenaire de l’incorporation du village en 1903.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 079 – février 2006

LaLaurentie24

Napoléon Aubin à Belœil de 1861 à 1866, par Pierre Gadbois

L’auteur est directeur de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et chercheur en généalogie et patrimoine bâti. Il a publié plusieurs de ses études dans nos Cahiers. Il apporte ici de nouveaux éléments sur la présence à Belœil du journaliste, écrivain et inventeur Napoléon Aubin.

Un ancien club sportif, Le Royal Skating Club of St. Hilaire, par Pierre Lambert

L’auteur est membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire depuis plus de 25 ans et il a publié plusieurs études sur la région. Il s’intéresse depuis plusieurs années aux loisirs et aux activités sportives d’autrefois. Il a d’ailleurs publié dans notre Cahier 77 (juin 2005) un études sur les anciennes régates de Belœil–Mont-Saint-Hilaire. Il nous présente ici une découverte récente : un club de patinage à Saint-Hilaire au XIXe siècle.

Le patrimoine funéraire de la Paroisse Saint-Hilaire, par Jean-Mathieu Nichols et Stéphane Tremblay

Secrétaire de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et rédacteur en chef du bulletin Le Passeur, Jean-Mathieu Nichols termine présentement une maîtrise en histoire. Il s’est associé à Stéphane Tremblay, artiste en arts visuels et historiens. Les auteurs nous présentent le fruit de leur collaboration, première étape d’un répertoire sur le patrimoine funéraire de la région du mont Saint-Hilaire.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 078 – octobre 2005

LaLaurentie24

Les 150 ans d’Otterburn Park, par Alain Côté

Alain Côté présente un numéro spécial pour commémorer les 150 ans d’histoire à Otterburn Park. Ce numéro est le fruit de quinze ans de recherche sur Otterburn Park et contient un grand nombre de photos illustrant l’histoire d’une municipalité dont personne ne soupçonnait le vénérable âge.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 077 – juin 2005

LaLaurentie24

La raffinerie de sucre du Québec, par Suzanne Bessette-Lafond et Pierre Saint-Germain

Le premier auteur est membre de l’organisme Patrimoine hiliairemontais. Le second, également membre de Patrimoine hiliairemontais, fait partie de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire.

Les régates de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, un siècle de loisirs sur le Richelieu, par Pierre Lambert

L’auteur est ancien président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et a publié plusieurs ouvrages sur l’histoire de la région.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 076 – février 2005

LaLaurentie24

L’héritage politique des Patriotes en Montérégie de 1867 à 1897 (suite), par Robert Lagassé

Historien et ancien professeur au Collège Édouard-Montpetit, membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, l’auteur termine ici ce texte primé au Concours Percy-W.-Foy 2002 de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu et dont la première partie a paru dans le Cahier no 74.

Les origines de la navigation à vapeur sur le Richelieu, par Paul-Henri Hudon

L’auteur est membre de la Société d’histoire de la Seigneurie de Chambly et a publié plusieurs recherches en histoire. Il nous présente ici un extrait de sa recherche intitulée La navigation à Chambly. Vapeurs et Traversiers sur le Richelieu, 1820-1850, primée au Concours Percy-W.-Foy 2002 de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 075 – octobre 2004

LaLaurentie24

Belœil et son économie au milieu du XXe siècle, par Pierre Lesage

Nous présentons ici de larges extraits d’une thèse présentée en 1947 à l’École des Hautes études commerciales de Montréal et qui est demeurée très peu connue. Rédigée à partir d’enquêtes sur le terrain, elle nous présente un aspect inédit de la ville de Belœil après la Deuxième Guerre mondiale.

Le village de Rouville, par Pierre Gadbois

L’auteur est directeur de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et chercheur en généalogie et patrimoine bâti. Il a publié plusieurs de ses études dans nos Cahiers. Il nous présent ici de nouvelles découvertes sur les origines de Mont-Saint-Hilaire

Le temps des Fêtes autrefois à Saint-Hilaire, par Pierre Lambert

L’auteur est ancien président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire. Il a publié plusieurs recherches sur la région, notamment sur Belœil. Il reprend ici un texte paru initialement dans À flanc de culture, vol. 1, no. 2, décembre 2003, p. 7.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 074 – juin 2004

LaLaurentie24

La batellerie traditionnelle sur le Richelieu, par Paul-Henri Hudon

L’auteur est membre de la Société d’histoire de la Seigneurie de Chambly et a publié plusieurs recherches en histoire. Il nous présente ici un aspect très peu connu de la navigation sur le Richelieu, un extrait de sa recherche intitulée La navigation à Chambly. Vapeurs et traversiers sur le Richelieu, 1820-1850, primée au Concours Percy-W.-Foy 2002 de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu.

L’héritage politique des Patriotes en Montérégie de 1867 à 1897, par Robert Lagassé

Historien et ancien professeur d’histoire au Collège Édouard-Montpetit, membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et auteur de plusieurs publications, l’auteur présente ici un texte primé au Concours Percy-W.-Foy 2002.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 073 – février 2004

LaLaurentie24

Le centenaire de Belœil

Belœil fête le centenaire de son incorporation en municipalité de village. C’est en effet le 9 décembre 1903 que l’assistant procureur général de la province « constituait, érigeait et déclarait » la municipalité du village de Belœil, érection officialisée dans la Gazette officielle de Québec du 19 décembre. Le nouveau territoire longeait le Richelieu sur une profondeur d’environ 600 m (à la hauteur de l’actuel boulevard Cartier), depuis la Montée des Trente (maintenant Bernard-Pilon) jusqu’aux environs de ce qui est maintenant la rue Noiseux.

Résumer les derniers cent ans d’histoire est impossible. Rappelons simplement qu’en 1904 était formée la Compagnie d’aqueduc et d’éclairage de Belœil et qu’en 1914 la corporation du village obtenait son statut de ville et commençait à distribuer de l’électricité à 900 clients. C’était alors la première Guerre mondiale et plusieurs travailleurs étrangers s’établissaient à Belœil pour travailler à la poudrière construite en 1878. Ils voyageaient par la voie ferrée mise en place à la fin de 1848. La croissance de l’usine et le trafic des voyageurs et des marchandises par le train entraînèrent la création de Belœil Station, le quartier de la gare de Belœil.

En 1936 débutèrent les travaux de la route Montréal-Québec (route 9) qu’on nomma officiellement Sir-Wilfrid-Laurier en 1950. La construction du pont routier en 1940-1941 entraîna la fin du service de deux des trois bacs qui reliaient jusque là Belœil à Saint-Hilaire. La fondation de la paroisse Sainte-Maria-Goretti remonte à 1952 et c’est en 1956 que le Club nautique Belœil–Saint-Hilaire reprit ses activités. Le centenaire de la confédération, en 1967, amena la construction du Centre culturel et de l’aréna. Ces années étaient marquées par une croissance considérable de Belœil facilitée par la construction de l’autoroute transcanadienne (1964). L’afflux de population explique l’ouverture des Galeries Montenach en 1959 et la construction du Mail Montenach en 1975.
Que ce soit dans les domaines politique, économique, social, culturel ou sportif, Belœil a vécu un essor remarquable au cours des dernières cent années et cet album illustre à sa façon les transformations de la municipalité.

La Société d’histoire remercie Gino Ongaro, archiviste de la Ville de Belœil, dont la collaboration a rendu possible la réalisation de ce Cahier. Merci également à Anne-Marie Charuest pour l’identification des figurants de la Collection Simon-Beauregard et à J.-Roger Cloutier.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 072 – octobre 2003

LaLaurentie24

Thomas Edmund Campbell et la société canadienne-française, par Benoit Béland

L’auteur est étudiant universitaire en histoire et membre du conseil d’administration de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire. Il nous présente une étude sur l’intégration du major Thomas Edmund Campbell dans la population canadienne-française.

Souvenirs d’Otterburn Park, par Rolland Jackson

Transcription d’une bande magnétique enregistrée par Rolland Jackson à Otterburn Park en 1982. Propos recueillis par Georgianna Webster. Les notes sont d’Alain Côté président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 071 – juin 2003

LaLaurentie24

Champlain, un personnage fascinant et méconnu, par Louise Chevrier

La vallée du Richelieu peut se flatter d’un insigne honneur, celui d’avoir reçu dès 1603 Samuel de Champlain. Celui-ci est en effet le premier Européen à avoir contemplé ces lieux qui nous sont si familiers. Afin de souligne cet événement, les sociétés d’histoire de la Vallée-du-Richelieu se sont donné la main pour donner le coup d’envoi des fêtes de Champlain, un peu à leur manière, lors d’un pique-nique à Saint-Ours, le 29 juin 2003. C’est en effet vers cette date que Champlain, en 1603, a remonté une première fois la rivière Richelieu. Il a été arrêté par les rapides de Saint-Ours. Il est revenu en 1609 et cette fois, est allé jusqu’à l’embouchure de la rivière Hudson.

On connaît beaucoup et en même temps on connaît peu ce personnage fabuleux de notre histoire qui mérite sans conteste le titre de « père de la Nouvelle-France ». Par exemple, qui sait que Champlain était un huguenot converti? Qu’il a traversé 23 fois la mer, un exploit qui à son époque était digne du « Guinness Book » ! Que la particule « de » à son nom est un ajout qu’il s’est donné un jour. Car Champlain n’a jamais été noble. À une époque où le mérite se mesurait trop souvent à la particule, Champlain, découvreur, explorateur, navigateur, géographe, ethnologue, n’a jamais été nommé gouverneur de la Nouvelle-France !

Quelques personnes présentent ici des textes afin de mieux redécouvrir ce personnage fabuleux qu’est Samuel de Champlain, véritable fondateur de la Nouvelle-France. Il s’agit d’Alain Côté, de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, de Christian Morissonneau, professeur émérite à l’Université du Québec à Trois-Rivières, d’Onil Perrier et de Pierre Saint-Germain, de la Société d’histoire des Riches-Lieux. Ils vous relatent, en quelques courts épisodes, la vie et l’œuvre de Samuel Champlain, né à Brouage en France à une date imprécise, un homme valeureux que l’histoire a reconnu comme étant Samuel de Champlain, fondateur réel de la Nouvelle-France.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 070 – février 2003

LaLaurentie24

L’abbé Charles-Émile Gadbois et La Bonne Chanson, par Jean-Noël Dion

L’auteur a été archiviste au Séminaire de Saint-Hyacinthe durant 19 ans avant de se joindre aux Archives nationales du Québec à Montréal. Il a publié plusieurs ouvrages, notamment en littérature, et des monographies historiques sur les paroisses de la région de Saint-Hyacinthe. Il relate ici la création et l’évolution de l’entreprise de l’abbé Charles-Émile Gadbois qui a fondé La Bonne Chanson en 1937

Ozias Leduc et la musique, par Laurier Lacroix

Historien de l’art et professeur au département d’histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal, Laurier Lacroix est spécialiste de l’œuvre d’Ozias Leduc. Une œuvre d’amour et de rêve organisée par le Musée des beaux-arts de Montréal en 1996, l’auteur reprend ici en partie une causerie donnée à l’église de la paroisse de Saint-Hilaire le 3 février 2001 dans le cadre d’un concert de l’Ensemble Arion organisé par la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire.

Le Marché Goyette de Beloeil : une épicerie-boucherie d’autrefois, par Alain Côté

L’auteur est président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire. Il a déjà publié plusieurs articles sur Otterburn Park. Il fait ici le point sur l’origine du Marché Goyette, petite entreprise familiale exploitée à Belœil durant la période 1949 à 1970, avant de disparaître pour faire place à la construction d’un immeuble à loyer modique.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 069 – octobre 2002

LaLaurentie24

Le nom Hertel de Rouville et son histoire en France et au Québec, par Pierre Lambert

Ancien président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et son actuel bibliothécaire. Il a publié plusieurs articles et ouvrages sur la région. Il fait ici le point sur l’origine du patronyme Hertel de Rouville en France et sur l’évolution au Québec de ce nom de famille devenu un toponyme très connu.

En cherchant les souvenirs de Robert de Roquebrune. Son établissement à Beloeil de 1912 à 1918 (fin), par Pierre Gadbois

Membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire depuis 1978, Pierre Gadbois présente ici la première partie d’un article sur l’écrivain Robert de Roquebrune qui a vécu à Belœil de 1912 à 1918. Dans ses souvenirs publiés en 1968, l’écrivain rappelait les lieux, les relations de voisinage et les liens d’amitié qu’il avait noués pendant son séjour à Belœil.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 068 – juin 2002

LaLaurentie24

En recherchant les souvenirs de Robert de Roquebrune. Son établissement à Belœil de 1912 à 1918, par Pierre Gadbois

Membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire depuis 1978, Pierre Gadbois présente ici la première partie d’un article sur l’écrivain Robert de Roquebrune qui a vécu à Belœil de 1912 à 1918. Dans ses souvenirs publiés en 1968, l’écrivain rappelait les lieux, les relations de voisinage et les liens d’amitié qu’il avait noués pendant son séjour à Belœil.

Les Veillées du Père Bonsens, un journal édité à Belœil en 1865-1866, par Pierre Lambert

Ancien président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, l’auteur a publié plusieurs études sur l’histoire de Belœil et de Saint-Hilaire. Il rappelle ici dans quelles circonstances Napoléon Aubin créa le journal Les Veillées du Père Bonsens.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 067 – février 2002

LaLaurentie24

Ivrognerie et tempérance au XIXe siècle à Belœil et Saint-Hilaire, par Pierre Lambert

Vice-président et bibliothécaire de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, l’auteur étudie l’histoire de la région depuis plus de vingt ans. Il rappelle ici dans quelles circonstances furent créées les associations de tempérance dans nos paroisses.

Les origines de la bibliothèque de Saint-Basile-le-Grand, par Bruno LaBrosse

Fondateur et président de la Société d’histoire de Saint-Basile-le-Grand, collaborateur à l’Album-Souvenir du 125e anniversaire (1871-1996) de cette ville, l’auteur nous présente ici le résultat de ses recherches sur le fondateur de la bibliothèque publique de Saint-Basile-le Grand, Gérard Labrosse (1924-1994).

La terre ancestrale de Pierre Adam et Véronique Charon, Saint-Marc-sur-Richelieu, par Lucie Adam

Membre de la Sociétés d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et de Cournoyer ainsi que de la Société de généalogie des Cantons de l’Est, l’auteure s’intéresse aux familles Adam. Elle nous présente ici une étude qui a mérité une mention au Concours Percy-W.-Foy 2000 de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu.

 

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 064-065-066 – février-juin-octobre 2001

LaLaurentie24

Depuis l’élection de nos premiers représentants en 1792, des dizaines de députés se sont succédé dont quelques-uns ont occupé des postes importants dans leur milieu, comme Jean-Baptiste-René et Jean-Baptiste Melchior Hertel de Rouville ou encore Thomas Edmund Campbell, tous trois seigneurs de Rouville. D’autres étaient des Patriotes, comme Louis-Joseph Papineau, ou participèrent à la création de la fédération canadienne, comme George-Étienne Cartier. Plusieurs sont devenus ministres ou même lieutenant-gouverneur, comme Louis-Philippe Brodeur. L’actuel député de notre circonscription à l’Assemblée nationale en est le Président.

Souvent, ces représentants des citoyens à l’Assemblée législative (maintenant l’Assemblée nationale) ou à la Chambre des Communes ne sont pas très connus. L’objectif de cette publication de la Société d’histoire de Belœil – Mont-Saint-Hilaire est de rappeler les étapes marquantes de la vie publique de ces parlementaires. On trouvera donc rassemblées dans ce dictionnaire les biographies des 107 députés qui ont représenté, depuis les débuts du parlementarisme en 1792, les municipalités de l’agglomération de Belœil – Mont-Saint-Hilaire aux parlements de Québec et d’Ottawa. Le compilateur Michel Clerk y a ajouté les noms de deux hommes politiques provinciaux qui, sans être des députés de notre agglomération, y résidèrent pendant plusieurs années de leur vie publique : le conseiller législatif Ernest Choquette et le premier ministre Gédéon Ouimet.

La période couverte par ce petit dictionnaire est vaste : plus de deux cent ans. Les noms et les limites des territoires électoraux ont souvent été modifiés depuis la mise en place des premières circonscriptions de Surrey (rive de Belœil) et de Bedford (rive de Mont-Saint-Hilaire) en 1792. Le Richelieu a servi de frontière naturelle pendant une très longue période de temps avant que le législateur se rende finalement compte que la rivière n’avait jamais empêché la croissance de l’agglomération et qu’il était logique de réunir les deux rives au sein d’une même circonscription. C’est ainsi qu’au niveau fédéral, après un premier regroupement (de 1933 à 1966) de Belœil et de Mont-Saint-Hilaire, les populations des deux rives ont été à nouveau rassemblées depuis 1976. Au niveau provincial, le regroupement s’est produit en 1973.

En fin de Cahier, plusieurs tableaux préparés par Monique Martineau-Clerk présentent ces transformations ainsi que la succession des députés des différentes circonscriptions au fil des élections. Plus de XX figures illustrent le dictionnaire.

Le lecteur ne pourra manquer d’observer la diversité entre les députés qui ne représentèrent leur circonscription que quelques mois (ou même dont l’élection fut annulée) et ceux qui furent élus par leurs concitoyens pendant plusieurs termes, comme Félix Geoffrion (31 ans) ou Laurent Barré. Quelles différences entre ces parlementaires obscurs que ce dictionnaire fait connaître et ceux qui modifièrent l’évolution régionale et même provinciale ou canadienne.

Le compilateur Michel Clerk nous introduit dans un univers politique dont on ne soupçonnait pas la richesse et qui nous fait réaliser que les parlementaires de notre agglomération ont parfois joué un rôle majeur dans les destinées de notre vie collective.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 063 – octobre 2000

LaLaurentie24

Survol du patrimoine bâti de Belœil, par Pierre Gadbois

Ancien président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, l’auteur est actuellement directeur de la Société. Il collabore régulièrement aux Cahiers et s’intéresse activement, depuis plusieurs années, au patrimoine bâti de Belœil. Il nous présente dans cet article l’état de nos connaissances sur le sujet.

Otterburn Park fête ses 30 ans (1969-1999), par Carole Clément et Alain Côté

Les auteurs sont membres de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire. En 1994, dans le cadre des fêtes du 25e anniversaire (1969-1999), la Ville d’Otterburn Park publiait les résultats de leur recherche sur l’histoire de la Ville dans une brochure intitulée Un parc devenu ville. Une histoire d’Otterburn Park. Ils nous présentent un texte revu et augmenté, extrait de cet ouvrage, et tenant compte des cinq dernières années (1994-1999).

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 062 – juin 2000

LaLaurentie24

La maison Robert, Belœil, par Pierre Gadbois

L’auteur est ancien président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et collaborateur régulier aux Cahiers. Il s’intéresse au patrimoine bâti depuis plusieurs années et nous présente ici le résultat de ses recherches sur l’histoire de la plus vieille maison de Belœil. Cette étude a fait l’objet d’une recherche soumise au Concours Percy-W.-Foy 1999 de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu co-signée par Kim Cornelissen.

La gestion du patrimoine bâti au niveau municipal, par Kim Cornelissen

Membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, l’auteure est directrice générale des Amis de la Maison Tétro-Ducharme (Saint-Marc-sur-Richelieu) et élus responsable de l’urbanisme de cette municipalité. Elle s’intéresse particulièrement à la préservation du patrimoine et a co-signée avec Pierre Gadbois une étude portant sur La maison Robert soumise au Concours Percy-W.-Foy de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu.

Charles Théodore de Montenach, seigneur de Belœil, 1821-1885, par Jacques Crépeau

L’auteur est directeur de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et membre de la Société d’histoire de Drummondville. Il nous présente ici une étude soumise au Concours Percy-W.-Foy 1999 de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 061 – février 2000

LaLaurentie24

Regards de photographes

La Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire célèbre avec cette publication le vingtième anniversaire de ses Cahiers. À l’occasion de ces 20 années de parution, la Société ouvre à nouveau ses archives, propose une nouvelle récolte de photographies anciennes et nous donne l’occasion de nous interroger sur la place importante qu’ont pris les photographes d’autrefois dans la constitution de notre patrimoine.

Dans la région de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, les premières photos qu’on peut dater avec certitude remontent à la décennie de 1850. Certains notables de Belœil et de Saint-Hilaire, à commencer par les membres de la famille de Rouville, ont fréquenté les studios des photographes montréalais. La photo d’Anne-Charlotte Boucher de la Broquerie, épouse de Jean-Baptiste René Hertel, décédée en 1852, paraît être la plus vieille de la région. Nous possédons également des photos anciennes du seigneur Jean-Baptiste René Hertel, décédé en janvier 1859, ainsi que de sa fille Louise-Sophie-Henriette, qui mourut en 1865. Certaines photographies de ces années, comme le fut celle de Jean-Baptiste Brousseau, gendre du seigneur de Rouville, ont été prises par William Notman.

La plus ancienne photographie de Saint-Hilaire est une vue d’ensemble prise entre 1864 et 1884. Au même moment, le 29 juin 1864, la catastrophe du pont ferroviaire de Beloeil, qui entraîne la mort de 99 personnes, attire sur place le photographe montréalais A. Bazinet.

La photographie commence à se répandre dans certaines familles dès les années 1860. Le cultivateur Victor Gadbois et son épouse Marguerite Adam, par exemple, se font photographier au début de cette décennie. Les fonds de la SHBMSH contiennent une grande quantité de photographies d’aïeuls et d’ancêtres de familles auxquels il est encore difficile d’assigner une date précise.

Au tournant du siècle, la photographie commence à utiliser ce nouveau support qu’est la carte postale, à une époque où les appareils photos ne sont pas encore répandus dans la population.

Louis-Philippe Martin (Saint-Hilaire, 1872-1949) produit une série d’une soixantaine de vues numérotées, avant tout de son village natal, auxquelles il faut ajouter ses cartes postales signées mais non numérotées, d’autres sans signature (mais identifiées par son lettrage caractéristique) et celles qui reprennent une nouvelle numérotation. Martin édite des photos ovales et même circulaires. Les quelque 60 ou 70 photos qu’il nous reste de lui sont d’une grande qualité technique et font de lui le meilleur photographe de l’époque dans notre région.

C’est à revivre l’époque des débuts de la photographie que cet album vous convie, en vous invitant à découvrir paysages et personnages d’autrefois tels qu’ils apparaissaient dans le regard des photographes.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 060 – octobre 1999

LaLaurentie24

Les fondateurs de la Chambre de Commerce de Belœil, par J.-Roger Cloutier

L’auteur est membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire ainsi que des société des généalogies canadienne-française et de Lanaudière. Après avoir publié dans nos Cahiers 57 et 58 une étude approfondie sur l’entrepreneur Dionis Désilets, il s’intéresse ici à la vie des commerçants et industriels qui se réunirent pour fonder la Chambre de Commerce de Belœil

Le faux-saunier Pierre Dame et son établissement sur la rive sud de Montréal, par Pierre Gadbois

L’auteur est ancien président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et collaborateur régulier aux Cahiers. Il nous présente ici une étude primée au Concours Percy-W.-Foy 1998 de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu. Cet article ne contient pas la généalogie des Dame initialement préparée pour le Concours Percy-W.-Foy.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 059 – juin 1999

LaLaurentie24

Les premières maisons de brique à Belœil et Mont-Saint-Hilaire, par Pierre Lambert

Vice-président de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, l’auteur étudie l’histoire de la région depuis plus de vingt ans et a publié plusieurs recherches dans les Cahiers. Il fait ici le point sur l’utilisation de la brique dans la construction de nos premières maisons.

Les familles Adam, par Lucie Adam

L’auteure est membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire ainsi que de la Société de généalogie des Cantons de l’Est. Elle nous présente les différentes souches de Adam au Québec ainsi que leurs descendants retrouvés dans la région de Belœil à différentes époques.

Madeleine: une pièce d’Ernest Choquette à Saint-Hilaire en 1928, par Diane Caouette

L’auteure est membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et détient un baccalauréat en art dramatique. Elle nous présente ici, légèrement modifiée, une étude qui s’est mérité une mention au Concours Percy-W.-Foy 1997 de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 058 – février 1999

LaLaurentie24

La vie musicale à l’église Saint-Mathieu de Belœil, par Johanne Hébert avec la collaboration de Pierre Gadbois

Musicologue, l’auteur est membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire. En février 1998, elle prononçait une causerie sur la vie musicale dans nos anciennes églises. Elle nous présente ici, à partir des archives de la paroisse, un résumé de l’histoire musicale de l’église de Beloeil. Pierre Gadbois a préparé le texte.

La reconstruction du manoir Rouville-Campbell, par Pierre Lambert

L’auteur s’intéresse à l’histoire de la région depuis plus de vingt ans et a publié plusieurs articles dans les Cahiers. Il examine ici les circonstances dans lesquelles Thomas Campbell s’est installé dans le manoir seigneurial de Rouville et propose une datation plus ancienne de la reconstruction de sa résidence.

Dionis Désilets et son entreprise de menuiserie de Beloeil (2e partie), par J.-Roger Cloutier

L’auteur est membre de la Société d’histoire de Beloeil–Mont-Saint-Hilaire ainsi que des Sociétés de généalogie canadienne-française et de Lanaudière. En faisant des recherches de la famille Désilets, il a été amené à fouiller la vie d’un important entrepreneur de Belœil dont il a présenté les activités dans le numéro précédent des Cahiers. Il retrace ici l’historique de l’entreprise de menuiserie et d’ébénisterie que possédait Dionis Désilets à Belœil.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 057 – octobre 1998

LaLaurentie24

Dionis Désilets et son entreprise de menuiserie de Belœil (1ère partie), par J.-Roger Cloutier

L’auteur est membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire ainsi que des Sociétés de généalogie canadienne-française et de Lanaudière. En faisant des recherches de la famille Désilets, il a été amené à fouiller la vie d’un important entrepreneur de Belœil il y a un demi-siècle. Son étude, dont il nous présente ici une première partie, a été primée au Concours Percy-W.-Foy 1997 de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu.

Prudent Robert, un pionnier à Saint-Basile-le-Grand en 1737, par Bruno LaBrosse

Fondateur de la Société d’histoire de Saint-Basile-le-Grand, collaborateur à l’Album du 125e anniversaire de cette ville, l’auteur nous livre ici le résultat de ses recherches sur le premier occupant de la Concession au nord-ouest du Bassin de Chambly dans la Seigneurie de Chambly, devenue le « Fief Saint-Joseph » en 1754, puis « Fief Jacobs » en 1793, aujourd’hui Saint-Basile-le-Grand.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 056 – juin 1998

LaLaurentie24

La complainte de l’abbé Gaillard, par Pierre Gadbois

Membre de la Société d’histoire Belœil–Mont-Saint-Hilaire depuis 1978, Pierre Gadbois présente ici le quinzième article à paraître sous sa signature dans nos Cahiers. Le présent texte a été primé au Concours Percy-W.-Foy de la Société d’histoire de la Vallée du Richelieu de 1996.

Les diligences de la vallée du Richelieu (2e partie), par Pierre Lambert

L’auteur a publié plusieurs ouvrages sur l’histoire de Belœil, notamment Les origines de Belœil et Les patriotes de Belœil. Dans un numéro précédent des Cahiers, il avait rappelé l’existence des grandes lignes de diligences long-courriers qui traversaient la vallée du Richelieu. Il présente ici la dernière partie de cette étude, extraite de son ouvrage Les anciennes diligences du Québec à paraître bientôt.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 055 – février 1998

LaLaurentie24

Les diligences de la vallée du Richelieu (1ère partie), par Pierre Lambert

Ancien directeur de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire, l’auteur a écrit plusieurs articles et ouvrages sur l’histoire de Belœil. À partir des notes recueillies pour une Histoire des anciennes diligences du Québec dont il termine actuellement la rédaction, il examine ici comment les transports publics par diligence se sont développés dans notre région.

Un seigneur d’ascendance juive à Chambly au XIXe siècle, par Bruno LaBrosse

Fondateur de la Société d’histoire de Saint-Basile-le-Grand, collaborateur à l’album du 125e anniversaire de cette ville, l’auteur, intrigué par la mention fief Jacobs sur une ancienne carte de la seigneurie de Chambly, nous livre ici le résultat de ses recherches sur le seigneur Samuel Jacobs.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 054 – octobre 1997

LaLaurentie24

Les religieuses enseignantes à Belœil (1846-1996), par Yolande Laberge, s.n.j.m.

Invitée par la Société à relater l’histoire du Couvent de Belœil depuis sa fondation en 1843, l’auteur nous résume ici le texte de sa conférence. Depuis lors, la vénérable institution sesquicentenaire a été mise en vente.

Le legs extraordinaire du brigadier-général A. Hamilton Gault, par Elaine Tolmatch

Le présent article est reproduit avec l’aimable permission de la revue Collage, organe du Musée des Beaux-arts de Montréal. Elaine Tolmatch révèle ici les largesses accomplies dans le domaine des arts par celui qui considérait le mont Saint-Hilaire comme le plus précieux de mes biens. Hamilton Gault, comme on le sait légua la montagne à l’Université McGill, après en avoir été le propriétaire depuis son acquisition des successeurs de Thomas Edmund Campbell, jusqu’à sa mort en 1958.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 053 – juin 1997

LaLaurentie24

Thomas Campbell, entreprenant seigneur de Rouville, par Michel Clerk

Membre émérite de la Société d’histoire, l’auteur présente ici, compilé de sources diverses, la saga mouvementée d’un militaire anglais devenu seigneur de Rouville qui a fait entrer Saint-Hilaire dans l’ère moderne.

100 ans d’éducation à Saint-Basile-le-Grand, par Bruno Labrosse

Membre fondateur de la Société d’histoire de Saint-Basile-le-Grand, membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire. Géographe de formation, il poursuit actuellement des recherches sur le développement historique de Saint-Basile-le-Grand.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 052 – février 1997

LaLaurentie24

L’orgue de l’église de Saint-Matthieu de Beloeil, par Paul Racine

Historien de l’art, l’auteur tient à souligner l’aide qu’il a reçue de Simon Couture, adjoint au directeur artistique de la maison Casavant Frères de Saint-Hyacinthe, pour la rédaction du présent article.

Un architecte renommé à Saint-Hilaire au XIXe siècle, par Michel Clerk

Membre émérite de la Société d’histoire, l’auteur s’intéresse depuis plusieurs années à l’évolution des arts à Saint-Hilaire. Il scrute ici l’apport du célèbre architecte Frederick Lawford aux deux monuments historiques de notre ville.

Gabrielle Messier ou l’art de toute une vie, par Robert Lebeau

Ami de Gabrielle Messier, diplômé en communication, l’auteur est photographe et conférencier. Il travaille depuis plusieurs années à la compilation et au catalogage des œuvres de l’artiste, en collaboration avec celle-ci. Le texte, qui suit, a fait partiellement l’objet d’un document audio-visuel réalisé pour l’exposition « L’Univers suggestif de Gabrielle Messier ».

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 051 – octobre 1996

LaLaurentie24

25 années d’existence… et un patrimoine bâti plus que centenaire

Notre société d’histoire vient à peine de passer le cap de l’adolescence et pourtant, on ne semble pas réaliser le temps écoulé depuis qu’Armand Cardinal, et ses compatriotes du moment, ont bâti les assises d’un modeste organisme voué à la diffusion de notre passé.

Depuis maintenant 17 ans, la revue Cahier d’histoire vous offre l’opportunité d’en connaître toujours d’avantage sur notre histoire locale. Une fois de plus, nous avons pensé qu’il serait agréable de contempler le « bon vieux temps » grâce à quelques amateurs de paysages qui ont su capturer sur pellicule des bribes de notre passé… qu’on oublie si rapidement. Cette fois-ci, nous avons fait toute la place au patrimoine bâti disparu ou transformé par les années.

Ces photographies nous font voir qu’une partie de nos édifices actuels ont été améliorées, défigurés, modernisés, quelquefois restaurés mais que plusieurs bâtiments sont disparus de notre quotidien. Ces clichés proviennent des collections archivées de la Société, mais également de la collection privée de deux passionnés de cartes postales et de quelques particuliers. Des anecdotes ou commentaires sur l’architecture vous permettrons de mieux connaître ces édifices, parfois modestes, qui ont été témoins des us et coutumes de nos prédécesseurs. Hélas, nombreux sont ceux qui n’existent plus car ils ont été la proie d’un des éléments naturels les plus destructeurs : le feu.

Évidemment, ces photographies ne sauraient représenter de façon exhaustive tous les témoins architecturaux de notre passé mais nous vous souhaitons quand même d’apprécier votre visite guidée. Bon 25e anniversaire !

Anne-Marie Charuest

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 050 – juin 1996

LaLaurentie24

L’histoire d’un historien, Armand Cardinal, par Michel Clerk

Membre émérite de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et membre du comité de toponymie de Mont-Saint-Hilaire, l’auteur présente la biographie de son prédécesseur et ami, Armand Cardinal, que la ville de Mont-Saint-Hilaire vient d’honorer en nommant Bibliothèque Armand-Cardinal sa nouvelle bibliothèque municipale.

Louis-Benjamin DelaGrave, notaire à Saint-Hilaire et Belœil, par Pierre Lambert

Membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire et successivement directeur, vice-président et président de cette Société, Pierre Lambert dirigea la publication des Cahiers d’histoire depuis le premier numéro en 1980 jusqu’en 1995. Auteur de deux monographies, Les origines de Belœil et Les patriotes de Belœil, il poursuit actuellement des recherches sur le transport par diligences au Québec du XIXe siècle.

Les Montarvillois et les troubles de 1837, par Lise Dumont

Membre de la Société d’histoire de Belœil–Mont-Saint-Hilaire depuis plusieurs années, l’auteure nous présente quelques événements touchant la Seigneurie de Montarville et le comté de Chambly au cours de la décennie précédant les soulèvements de 1837-1838.

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier

Numéro 049 – février 1996

LaLaurentie24

L’histoire de Saint-Hilaire, on l’entend, on la voit, par Ozias Leduc

Peintre symboliste et religieux, poète et amateur d’histoire, Ozias Leduc est né à Saint-Hilaire en 1864. Membre de « l’intelligentsia » de son époque, il décrit fidèlement la réalité de Saint-Hilaire à l’orée du XXe siècle par ses portraits, natures mortes et paysages. Il est mort à l’âge vénérable de 91 ans. (Texte reproduit de la revue Arts et Pensée, août 1954.)

Portrait d’Ozias Leduc, par Fernande Choquette-Clerk

Écrivain, fille du Dr. Ernest Choquette de Saint-Hilaire et nièce de Mgr. Charles-Philippe Choquette de Saint-Hyacinthe, mécènes du peintre Leduc dès le début de sa carrière, Fernande Choquette remémore ici le plaisir qu’elle prenait à visiter l’artiste dans son atelier et nous révèle l’homme qu’était Ozias Leduc. (Texte reproduit du Clairon Mascoutin, 15 juin 1956.)

Quelques pensées sur l’œuvres d’amours et de rêve de M. Ozias Leduc, par Paul-Émile Borduas

Peintre et polémiste né à Saint-Hilaire, Paul-Émil Borduas fut l’élève d’Ozias Leduc et le disciple d’André Breton, chef de file d’un mouvement de libération esthétique et sociale avec la publication de son manifeste-choc Le Refus global en 1948. Borduas fut le précurseur de la « révolution tranquille ». (Texte reproduit de la revue Canadian Art, été 1953.)

Ozias Leduc, l’homme public, par Michel Clerk

Vingt ans président de la Société d’histoire de Beloeil–Mont-Saint-Hilaire, fils de Fernande Choquette et ami d’Ozias Leduc depuis 1934, Michel Clerk relate ici comment Leduc servit ses concitoyens de Saint-Hilaire pendant 17 ans à titre de président de la Commission scolaire puis comme conseiller municipal.

Leduc tel que je l’ai connu, par Louis-Joseph Barcelo

Avocat, esthète, collectionneur d’art moderne, Jos Barcelo livre un souvenir vivant du peintre Ozias Leduc qu’il a fréquenté dans son atelier à Saint-Hilaire. (Texte reproduit de la revue Arts et Pensée, août 1954.)

Feuilleter un extrait
Feuilleter au complet (pour membre seulement) Se connecter Devenir membre
Acheter le cahier